CPAF
Bienvenue sur Le CPAF, le forum et LJ du Comité de Protection des Auteurs de Fics.

Rejoignez-nous et faites nous découvrir vos Fanfictions. Besoin d'un coup de pouce pour vos écrits? Traduction, correction, conseils de pro ou référencement de sites sont disponibles sur le CPAF !

Ayana & BiBiche.



 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [SG1] Cher à son coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abou51
Ambassadrices déjantées du CPAF

Ambassadrices déjantées du CPAF
avatar

Féminin Cancer
¤ Age : 34
¤ Messages : 273
¤ Localisation : Au pôle nord
¤ Emploi : Saisonnier agricole / Maman
¤ Humeur : Pouponne à l'excès

MessageSujet: [SG1] Cher à son coeur   Ven 11 Juin - 19:46

Cher à son cœur


Fandom : Stargate SG1
Personnages : Samantha Carter, Jack O’Neill, Daniel Jackson, Vala Mal Doran, Général Landry, Teal’c, Cameron Mitchell, Docteur Lam
Saison : après la 10 et les téléfilms
Genre : Général / Romance
Rating : K+ / One shot
Résumé : une mutation de Sam pour ne pas combattre les Kraizol et un O’Neill qui a peur de la perdre car il est très amoureux d’elle. S’ensuivra une dispute violente entre Sam et Jack dans le bureau de celui-ci au Pentagone.


Citation :
Sujet 1: La Pomme de la Discorde

A la suite d'un événement de votre choix (je propose quelqu'un ayant pris la dernière part de tartre mais bon après ce n’est pas interdit d'être un poil plus dramatique...), une violente dispute explose entre vos personnages. Décrivez cette dispute et/ou ses répercutions.

La fin est bien entendu laissée à votre entière appréciation (nous on aime bien quand il y a un ou deux morts mais vous pouvez opter pour une réconciliation générale ou un statut quo...).

OoOoOoOoOoOoOoOoO

« Activation non programmé de la porte des étoiles »

L’appel résonna à deux reprises au sein du SGC. Le Général Landry se précipita à grande enjambé au poste de commande où l’attendait le Sergent Harriman.

« Mon général, c’est SG1, dit Harriman soulagé de les voir enfin arriver.
- Ouvrez l’iris, je vais les accueillir, finit par dire Landry ».

Quelques secondes plus tard, SG1 passa la porte pour se retrouver sur la passerelle d’embarquement au cœur du SGC. Le Général Landry les attendait de pied ferme avec quelques marines armés.

Cameron se présenta devant lui avec une belle balafre au visage tandis que Daniel, Vala suivit de Teal’c partirent pour l’infirmerie. Le Colonel Carter ferma la marche pour s’arrêter au niveau de Mitchell.

« Mon général, nous avons un gros problème sur les bras.
- Quel genre de problème Colonel ?
- Les Kraizol, ne sont pas ceux que l’ont croient et je ne sais pas si nous avons bien fait de leur faire confiance au point de leur divulguer nos moyens de défense
, conclut Mitchell en baissant la tête.
- Je sais que notre retour est un peu tardif mais nous voulions avoir de plus amples informations au sujet de ces nouveaux alliés, mon Général, intervint Sam.
- Oui, votre retour devait avoir lieu, il y a 8 heures mais je comprends bien votre position et vous avez également bien fait. Nous reparlerons de tout ça en salle de débriefing. Colonel Mitchell passez donc à l’infirmerie panser cette vilaine blessure, conclut le Général ».

Une demi-heure après l’arrivé inopinée de SG1, tous était attablés devant le Général qui attendait leur explications sur leur mission.

« Maintenant que vous êtes tous là, nous pouvons enfin commencer. J’ai hâte de vous entendre, intervint le Général pour commencer la séance.
- Mon Général, nous avons un gros problème, commença Daniel sur de lui.
- J’avais bien compris et c’est pour cela que je vais vous laisser parler, m’expliquer vos raisons en intervenant pas dans vos explications enfin en essayant.
- Arrivé sur P9Z-471, nous somme partis à la rencontre des habitants des lieux, que nous ne connaissions pas encore, sans se douter une minute que nous étions de loin surveillés par Orgam, l’un des nombreux disciples de la confrérie Kraisol,
dit Mitchell.
- Arrivés au campement, nous vîmes Tcark et Nowel, les deux scientifiques que nous avons vu quelques jours plus tôt à la grande ville, s’affairer sur une drôle de machine. Nous, nous sommes approchés plus près d’eux et c’est à ce moment là que nous avons remarqué que leur comportement avait changé par rapport à la dernière fois. Ils semblaient beaucoup plus distants et plus agressifs. Et pour finir, Tcark, nous a dit « votre venue a été prédit ». Comment savait-il que nous allions venir ? termina Daniel.
- Enfin bon, nous nous sommes approchés d’eux et Mitchell n’a pas eu le temps de dire quoi que ce soit qu’il s’est prit sans raison apparente, un coup de poing au niveau de l’arcade sourcilière, d’où sa blessure.
- Vous voulez me dire Colonel Carter que la blessure du Colonel Mitchell n’est pas due au hasard, si je lis bien entre les lignes ?
- Non mon Général. Le pire c’est que celui qui a frappé Mitchell, s’en est voulut énormément. Il avait beau s’excuser, d’avoir réagit de cette manière sans qu’il ne le sache lui-même mais le mal avait été fait,
conclut Carter très inquiète.
- Le mal avait été fait, comment ça Colonel Carter ? conclut Landry étonné.
- Général, suivit Daniel, ils étaient manipulés enfin c’est ce qu’on a déduit après avoir vu juste alors, que l’individu en question ne se rappelait plus de rien et de nous par la même occasion.
- Comme si, il s’agissait d’une programmation, une modification de la mémoire et de la personnalité
, indiqua le Colonel Mitchell.
- Le plus surprenant est venu ensuite, nous avons décidé qu’il était enfin temps de voir dans le moindre détail, cette planète.
- Après le coup qu’ils vous ont fait Colonel Carter, je n’en doute pas une minute,
dit le Général Landry, peu surprit de leur réaction.
- Nous, nous somme séparé en trois groupes, Teal’c seul, ne craignant pas de se faire attaquer comme tout à l’heure, au vue de sa carrure impressionnante, Mitchell et Daniel et enfin Vala et moi-même. Nous avons constaté beaucoup de chose intéressante sur la surface mais Vala voulait creuser davantage et tout nous a parue plus clair ensuite.
- Plus clair ? Comment ça ?
intervient le Général perdu.
- Vala a découvert leur secret, finit Carter en faisant signe à Vala qui écoutait depuis le début, de prendre la parole.
- Général, comme à mon habitude quand quelque chose de louche survole nos têtes, je me précipite afin de clarifier les choses.
J’ai découvert dans des ruines anciennes, une sorte d’ordinateur. Oui, c’est vrai, un ordinateur aussi sophistiqué dans un lieu si primitif mais je devais savoir. Le Colonel Carter surveillait l’horizon quand je me suis approché de l’appareil, il ressemblait vaguement aux ordinateurs de bord des vaisseaux Orii, Général. Un peu plus loin, au fond d’un trou, il y avait quelque chose qui brillait et vous savez tous bien que ce qui brille annonce richesse pour moi enfin bref, j’ai pris l’objet en question dans mes mains et l’instant d’après je me suis retrouvé dans un engin ou plutôt un vaisseau.
- Nous pensons mon Général qui s’agirait d’un téléporteur,
coupa le Colonel Carter.
- J’ai commencé à explorer les moindres recoins de l’appareil en question quand j’ai surpris une conversation entre deux hommes et une femme. J’ai tendu l’oreille, il parlait de nous Général. J’ai d’ailleurs tout enregistré avec le ‘machin’ que Daniel m’a offert il y a deux semaines.
- Vala, c’est un caméscope. Une mini caméra,
intervient Daniel.
- Si vous voulez, reprenons. Toute la conversation est dans la mini caméra. La où, j’ai été surprise, c’est quand notre cher sbire Orgam est sortie de nulle part pour prévenir ses hôtes que SG1 avait disparu et qu’il ne les trouvait plus sur le scanner.
- Vous étiez donc surveillés, de mieux en mieux,
dit le Général en hochant la tête.
- Enfin, pour faire un résumé simple et rapide, nos vies sont en danger, ils construisent des vaisseaux avec la technologie Orii qu’ils ont déterrés il y a de cela trois ans, lors de fouilles.
Leur vaisseaux terminés, ils comptent bien attaquer tous les mondes de notre galaxie via les informations que nous leur avons fourni il y a deux jours, en passant bien faire.
Ce ne sont pas des gentils mais des méchants Général et ils sont prêts à tout pour nous faire souffrir. Ils réduisent les peuples en esclavage comme les Goa'uld le faisaient, ils manipulent la pensée et les gestes de leurs citoyens et pour finir ils détectent grâce à un appareil, la chaleur humaine dès que quelqu’un franchit la porte des étoiles, par un scanner, comme la fois où nous avions détruit des cargaisons et que nos têtes ont été mise à prix par l’alliance Lucian. (Morts ou vifs, saison 10) C’est dans le même genre.
- Merci Vala pour votre explication et bravo d’avoir réagit de cette manière
, félicita le Général.
- Ce que Vala a oublié de vous dire Général, la confrérie Kraisol a amassée de nombreuses richesses, pillée de nombreux mondes et assassinée des milliers de personnes qui ne voulaient pas être endoctrinées. Ils nous connaissent, je ne peux pas vous dire comment mais ils sont déjà à nos portes pour se débarrasser de nous par tous les moyens possible et imaginable.
- Daniel, vous avez oublié de dire que leur chef suprême ne sort jamais de son manoir et qu’il est très vieux,
indiqua le Colonel Mitchell. Ils savent également que nous n’allons pas nous laissez faire et que nous sommes l’un des derniers mondes qui puisse contrecarrer leur plans, voir les battre.
- A chaque passage par la porte des étoiles, ils s’infiltrent dans nos têtes et découvrent qui nous sommes et ce que nous voulons. Ils sondent nos esprits, ils nous connaissent c’est évident,
intervint enfin Teal’c.
J’ai découvert ça via un journal trouvé dans une bibliothèque lors de mes recherches. J’ai également ramené toutes mes trouvailles qui sont parties en analyse.
- Je conçois qu’on est un gros problème sur les bras et qu’il ne faut pas prendre ça à la légère. Je vais prévenir mes supérieurs de vos découvertes,
annonça le Général en se levant de son siège.
- Attendez mon Général, ce n’est pas tout, indiqua Vala.
- Comment ça pas tout ?
- Après avoir découvert tout ça, j’ai pu sans me rappeler comment, arrêter l’appareil et rejoindre le Colonel Carter qui m’attendait en dehors de la grotte. Nous avons parcouru quelques kilomètres pour nous retrouver en compagnie de Teal’c au beau milieu d’un ‘espèce’ de village.
- Un bourg Vala, c’est comme ça que ça s’appelle,
coupa de nouveau Carter.
- A nous trois, nous nous somme faufilés parmi les gens de cette planète et ce n’était pas vraiment difficile pour moi car j’ai quand même vécue une petite partie de ma vie dans ce genre de pays, conclut elle en faisant la grimace ce qui étonna Daniel malgré le faite qu’il connaissait son aventure passée parmi les Orii et Teal’c qui, se surpris d’avoir de la pitié pour elle.
- Venez en au faites, s’impatientait le Général.
- Bien Général, après avoir passé de longues heures auprès d’eux, Teal’c et moi-même sommes entrés en contact avec Gamit’ch, un habitant. Il nous a expressément dit qu’il existait un artéfact ou autre chose dans le même genre qui pouvait tous nous sauver la vie et nous protéger. Au début, je ne l’ai pas pris au sérieux mais par la suite je compris qu’il faisait parti d’une rébellion et qu’on pouvait lui faire confiance.
- Et alors ? Cet artéfact, qu’est ce que c’est ?
- J’y viens Général, s’empressa de dire Vala, au Général toujours debout. Ce doit être une sorte de bijou scintillant ou bien une tablette ou encore une urne mais il est quand même resté flou à ce niveau. Et puis, je n’ai pas cherché à en savoir d’avantage surtout que Teal’c ne m’aidait plus car il surveillait mais on s’est fait remarqué alors nous sommes repartis vers le Colonel Carter pour ne pas éveiller des soupçons et condamné cet homme.
- Vous avez bien fait Vala … pour une fois
, dit le Général tout sourire devant une assemblée satisfaite de cette réponse. Et de votre coté Docteur Jackson ?
- En dehors des ruines que j’ai photographié et de ce que j’ai énuméré plus tôt, rien de bien surprenant. Nous avons tout de même pris soin de ramener quelques échantillons que j’analyserai plus tard, Général.
- Nous avons rejoint le reste de l’équipe et le Colonel Carter a décidé qu’il était temps de rentrer à la base le plus rapidement possible,
dit Mitchell.
- Bien, allez vous reposer, demain est un autre jour. Nous en reparlerons à tête reposé.
- Bien Général,
conclut Mitchell en cachant un bâillement. Bonne nuit à tous, je vais me coucher.
- Bonne nuit,
finit de dire le reste de SG1 avant de tous se lever pour partir dans leur quartier respectif reput de leur journée ».

Trois jours plus tard, au SGC

Cameron et Teal’c se défoulaient sur le ring ou plutôt Teal’c se défoulait sur Cameron quant à Daniel, il était sur une traduction particulièrement périlleuse sur des symboles bibliques qu’il avait vu inscrits sur les murs de l’enceinte du vaisseau de leur nouveau soit disant « amis ». Vala l’aidait dans sa traduction, enfin c’était un bien grand mot car celle-ci sifflotait, baillait et titillait notre cher archéologue pour voir sa réaction, qui ne serait tardé.
Seule Sam manquait au tableau. Celle-ci était dans son laboratoire, les mains occupées sur un réacteur à Naquada. Tout d’un coup un appel surprit notre Lt Colonel qui était plongé dans son monde.

« Le colonel Carter est attendu au bureau du Général Landry ».

Après cet appel, Sam rangea son appareil, se lava les mains et prit la direction du bureau du Général. A peine arrivé sur les lieux, le Général ordonna au militaire de fermer la porte et de venir s’asseoir devant lui sur un des deux fauteuils en cuir qui trônait devant le bureau.
Ce qu’elle fit, se demandant encore ce qui pouvait bien se passer d’inquiétant mais aussi ce que le Général lui voulait, jugeant son air attristé ou plutôt déçu en voyant son regard de chien battu, il avait également les traits tirés signe d’une mauvaise nuit et une voix qui pouvait refroidir un mort.

« Colonel, je suis désolé mais j’ai une demande qui ne va pas vous plaire alors je vous prie de m’en excuser et surtout de ne rien tenter à mon égard ».

Sam le regarda une nouvelle fois sans comprendre le message qu’il voulait lui faire passer. Le Général devant elle essaya de cacher son amertume devant sa subordonnée.

« Je suis navré que ce soit moi qui doit vous dire cela mais on ne m’a pas vraiment laissez le choix, dit il tristement, toujours les yeux regardant dans le vide.
- De quoi parlez vous, mon Général, dit-elle perdue. Vous n’allez pas bien, je vais vous chercher un médecin, finit-elle de dire en se levant mais avant qu’elle n’atteigne la porte le Général la stoppa.
- Rasseyez-vous Colonel Carter, c’est un ordre ».

Ça ne présageait rien de bon, Carter se tourna, le regarda se demandant pourquoi réagissait il ainsi envers elle. Il la fixait, puis insista de nouveau mais non pas avec la voix mais avec un mouvement précis du bras et de la main droite.

« Mon Général, je préfère rester debout si vous n’y voyez pas d’objection »

Le Général souffla, releva la tête et fixa notre colonel dans les yeux « asseyez-vous Carter, je vous en prie ». Mais Sam resta debout désobéissant au Général Landry.

« Mon général, je préfère rester debout, je suis pressé de repartir travailler.
- après tout si ça vous fait plaisir,
dit-il en fixant Carter avec un soupçon de colère dans la voix qui fit reculer Carter de quelques pas. Cela fait exactement 3 jours que vous et votre équipe êtes revenue de mission en nous ramenant de bien mauvaises nouvelles. J’étais dans l’obligation de prévenir mes supérieurs, le Pentagone et le Président d’une possible menace. Il intensifia son regard sur sa subordonné avant de rajouter, plusieurs réponses mon été envoyées bonnes comme mauvaises et vous allez malheureusement en faire les frais Colonel, je suis navré pour vous, conclut il devant une Sam surprise et perdue.
- pardon mon Général mais je ne vous suis pas ? »

Le général sortit d’un de ses tiroirs, une pochette bleue ou plutôt un dossier qu’il posa sur son bureau. Il l’ouvrit, souffla un bon coup avant de s’asseoir dans son confortable siège.
Il intima d’un geste de la main droite, le colonel Carter pour qu’elle puisse s’asseoir de nouveau mais rien n’y fait, elle resta une fois de plus debout, déterminé et pressé.

« Je suis dans l’obligation, ne m’en tenez pas rigueur Colonel, de devoir me passer de vous et de vos talents.
- Je ne comprends pas bien où vous voulez en venir mon Général,
dit Carter troublé.
- Colonel, j’ai en ma possession votre ordre de mutation et … », il n’eut pas le temps de finir sa phrase que Carter réagit en tapant des poings sur le bureau.

Les poings fermés, les bras tendus et le regard noir, le Général Landry eu un bref instant, la sensation d’un frisson dans le dos.

« Comment cela ? C’est quoi encore ses conneries. Je ne vous permets pas de jouer avec mes nerfs de cette façon. Et d’ailleurs, d’où provienne ses ordres ? dit-elle toujours folle de rage.
- Je viens de vous le dire, le Pentagone et le Président et ça ne sert à rien de s’énerver Colonel. A réagir comme vous le faites, vous n’allez qu’envenimer les choses et je ne pense pas que ce soit le bon choix, finit il de dire, inquiet.
- Quoi ? Vous pensez que je vais laisser passer une telle chose »

Et sans qu’il s’en doute, le Colonel tendit le bras droit et d’un geste fort de colère, elle balança les documents dont le dossier ainsi que la paperasse du bureau au sol. Puis ne voulant pas admettre sa défaite trop remontée contre celui ou ceux qu’ils l’ont mit en arrière, elle se retourna et prit un des deux fauteuils et shoota dedans, qui envoya celui-ci dans la porte toujours fermée du bureau du Général Landry, laissant passer un bruit fracassant.
Le Général ne savait plus vraiment quoi faire, c’est à ce moment même que Teal’c et le Colonel Mitchell traversaient un des couloirs avoisinant. Entendant des bruits suspects, ils s’avancèrent pour tomber nez à nez avec quatre militaires, n’osant pas bouger d’un poil.
Ils comprirent bien vite qu’il se passait quelque chose d’anormal provenant du bureau du Général Landry, ils s’avancèrent sans peur malgré le refus des gardes et entrèrent dans le bureau sans avoir pris la peine de frapper avec une bonne dose de courage.
Ils stoppèrent net leur progression, en voyant le Général pétrifié derrière son bureau, et une Carter plus que remontée, rouge de colère.
Voulant calmer le jeu, ils voulurent l’encercler pour stopper toute autre tentative de sa part mais n’y parvenant pas, elle frappa le pauvre Cameron dans un élan de colère qui par la violence du coup, fit tomber celui-ci au sol. Teal’c intervient rapidement avant que ça ne dégénère plus et que l’on craigne de voire voler également l’ordinateur et le bureau, il s’engagea et fonça vers Sam pour la retenir et la forcer à obtempérer.

« Colonel Carter, je vous en prie, ça ne sert à rien de réagir comme ça.
- Comme ça !
dit-elle fortement.
- Voyons mais quelle mouche vous a piqué ? dit-il en aidant Mitchell à se relever.
- Je suis relevée de mes fonctions, voilà ! » Elle avait parlé plus calmement.

La voix de Teal’c calma ses ardeurs, elle se laissa faire et se retrouva dans ses bras. Sam se laissa aller, pleurant un bon coup avant de se redresser pour regarder Teal’c.

« Je suis désolée mais … je ne sais pas ce qui m’a pris, honteuse d’avoir causé un cataclysme dans le bureau de Landry.
- Pourquoi ?
intervient Cameron. Pourquoi relevé ?
- Je n’en sais rien, voilà le problème, répondit rapidement Sam.
- J’ai parlé au Pentagone et au Président de votre retour tardif et de vos découvertes au sujet des Kraizol. Je ne me doutais pas une minute qu’il allait nous enlever le Colonel Carter mais je n’ai pas eu vraiment le choix quand j’ai reçu son accréditation.
- Celui qui a donné cet ordre a trouvé que c’était préférable pour vous de vous tenir éloigné de la base,
intervint de nouveau Cameron.
- Peut-être, ce que je ne comprends pas, c’est que j’ai connu de multiples aventures plus où moins dangereuses, toutes aussi diverses les unes que les autres sans que je me retire, ne m’éloigne où me blesse gravement alors … s’arrêta Carter en haussant des épaules.
- Oui, c’est incompréhensible mais les ordres sont les ordres Colonel et vous devrez quitter vos quartiers pour vous rendre à Washington DC en début de semaine prochaine, conclut le Général. Comprenez moi, ce n’est pas moi qui essaye de vous évincer du programme.
- Bien si je n’ai pas le choix. Désolé pour votre bureau Général, vous enverrez la note au Pentagone,
dit-elle tout sourire ».

Mais avant qu’elle ne quitte le bureau, elle s’avança vers Mitchell qui se tenait toujours derrière elle et se pencha pour lui faire un gros bisou sur la joue en disant « le rouge vous va si bien Cameron ». Elle sourit de nouveau et sortie laissant les trois hommes seuls dans le bureau soulagé que ce soit terminé.

3 heures après l’accident dans le laboratoire de Carter

Elle avait reprit son travail qu’elle avait abandonné avant l’incident au bureau du Général Landry. Ce genre de travail allait drôlement lui manquer surtout les missions pensa t-elle.
Elle avait prit l’habitude des sorties avec l’équipe pour visiter d’autres planètes, voir d’autres civilisations, les guerres entre les Goa'uld, les Orii, l’alliance Lucian et j’en passe et des meilleurs. Tout ça allait vraiment lui manquer, entre les blagues à deux balles de Cameron, les mimiques de Teal’c, les disputes incessantes de Daniel et Vala, les recommandations du Général Landry et la complicité qu’elle avait pu développer avec le docteur Lam, les week-ends entre fille avec Cassandra.
Elle soupira un bon coup et reprit son travail, qu’elle puisse au moins le finir avant son départ définitif dans 3 jours pour la capitale. Elle se demandait encore comment elle allait faire pour la maison.

Deux intrus entrèrent dans le laboratoire et s’immobilisa pour dire en chœur « Bonjour Sam, quelles sont les nouvelles ».

Sam releva la tête et trouva un Daniel souriant, à la limite dans les étoiles et une Vala heureuse également, au bras de son Daniel adoré.

« Bof mais pour vous c’est clair, elles sont bonnes. Mais quelle est donc, cette fameuse mouche, qui vous a piqué pour vous rendre si joyeux ? dit-elle curieuse.
- Ho, rien de bien méchant. On c’est trouvé, dit Daniel les yeux fixés sur Vala.
- Embrassé, vous voulez dire.
- Hum … m’oui, c’est un peu ça,
conclut Daniel gêné.
- Félicitations pour vous deux, depuis le temps que vous vous couriez après, dit Sam très satisfaite que Daniel puisse enfin ouvrir les yeux après tant d’années ».

Ce qu’il y avait de positif dans tout ça, c’est que ça lui avait rendue le sourire qu’elle avait perdue quelques heures plutôt. Elle les regardait encore, eux, se tenaient par la main et ils n’avaient pas l’air de lâcher prise. Ils avaient d’ailleurs oubliés qu’ils se trouvaient en présence de Carter mais rien ne pouvait, faire capoter leurs plans. Vala tourna soudain le dos à Sam pour se trouver devant Daniel. Elle fendit sur ses lèvres, Daniel répondit et ils s’embrassèrent langoureusement laissant Sam derrière eux de plus en plus gênée de les voire se découvrir si facilement et qui plus est dans son laboratoire.
Ne voulant pas déranger d’avantage, elle posa les fiches qu’elle tenait dans ses mains sur la table derrière elle et s’éclipsa silencieusement des amoureux mais elle n’eut pas le temps d’atteindre la porte que Vala se détacha de Daniel pour dire tout haut « c’est vrai la rumeur qui court sur votre mise à pied ? ». Alors là, le sourire disparu rapidement, les larmes montèrent dans ses yeux pour se nicher sur ses joues un petit instant. Elle les essuya d’un revers de la main, essaya de se calmer rapidement avant de se retourner sur le couple qui était encore au milieu de la pièce, enlacé.

Sam prit la parole et bien malgré elle, avec un sanglot encore présent dans sa gorge « Oui, je suis muté à Washington et je pars dans trois jours définitivement de la base.
Daniel avait perçut son malaise, « Sam, je … on est désolé, se reprit-il vivement ».

Vala comprit trop tard l’erreur, qu’elle avait faite quelques secondes plus tôt. Sam se montrait plus froide mais aussi plus distante qu’elle ne voulait pas rester sur ce genre d’acquis de ‘destructrice’ envers elle.

« Je suis désolé Sam, je ne sais pas ce qui m’a pris de dire ce genre de chose. Je ne voulais pas …
- Vala,
coupa Sam, je ne vous en veux pas, vous ne pouviez pas savoir.
- Merci Sam, ça me touche que vous disiez ça
». Elle s’approcha d’elle et la serra dans ses bras.

Daniel s’approcha d’eux et fit de même et ce pendant 10 minutes, qui leurs firent un bien fou. Sam reprit son souffle, se détacha de Daniel et Vala à contrecœur.

« Je vais vous laisser, j’ai besoin de prendre un peu l’air, histoire de remettre mon esprit en place.
- Non Sam, nous allons te laisser à tes travaux, c’est mieux,
dit Daniel.
- Attendez Sam, vous savez qui est la personne qui est à l’origine de votre mutation ? reprit Vala.
- Non, je ne sais pas, le Général Landry m’a juste dit que c’était le Pentagone et le Président qui se sont concertés sur l’affaire et qu’ils ont conclu à m’éloigner de la base.
- Etrange tout de même, vous connaissez les dangers plus que quiconque et on a tous vécues des centaines de missions plus ou moins périlleuses.
- Oui, j’ai moi-même eue du mal à interpréter le message, il faut dire aussi, que quand le Général Landry a prononcé le mot ‘mutation’, j’ai perdu les pédales alors le reste n’avait plus aucun sens.
Sam se mordit la lèvre inférieure, en repensant à ce qu’elle avait provoqué.
- Hum, tout de même, dit Daniel en se tenant le menton d’une main ».

C’est Vala qui après réflexion, sorti tout le monde de leur nuage « ce n’est pas au Pentagone, où travaille le Général O’Neill ? ». Les idées devenaient plus claires pour eux.

Ni une ni deux, Sam réagit aussi sec « Ho le … » mais n’eut pas le temps de finir sa phrase que le Général Landry fit son apparition dans le labo.

« Colonel Carter, je viens d’apprendre que l’ordre venait tout droit du bureau du Général O’Neill. Je suis navré, je ne sais pas ce qu’il lui a pris de prendre une telle décision surtout qu’il vous connait bien et que …, il souffla en hochant de la tête, perdu.
- Moi, j’ai tout compris, c’est si visible, conclut Daniel en baissant les deux bras le long de son corps, dans un même élan.
- Il ne perd rien pour attendre, c’est inacceptable ». Sam laissa tout tomber, elle regarda une nouvelle fois l’assemblée, surprit et dit « vous êtes toujours navré mon Général mais vous auriez au moins pû faire quelque chose à mon égard, au lieu de tout laisser passer en obéissant si gentiment ».

Elle sortie de son laboratoire mais fut vite rattrapée dans le couloir par Daniel, Vala et enfin le Général. « Où allez-vous comme ça ? fit le Général
- Si vous me chercher, je serai à Washington
». Elle partie en courant, les laissant de nouveau sur place.

Le lendemain après-midi à Washington DC

Sam attendait le bon moment avant d’entrée au Pentagone. Elle avait délaissé l’uniforme pour un ensemble noir et une chemise blanche ainsi que des mocassins à ses pieds.
Munie seulement d’un sac à main en bandoulière et d’un badge pour la permettre d’entrée sans trop faire de vague, il lui restait plus qu’a rassembler son courage pour affronter le Général O’Neill. Après avoir respiré l’air pur de l’extérieure une dernière fois, elle s’engouffra dans l’immense bâtiment et se dirigea vers l’accueil pour présenter ses papiers et connaitre l’étage où se situait le bureau du Général.

« Bonjour madame, vous désirez ? demanda l’hôtesse d’accueil.
- Je désirerai connaitre l’étage où se situe le bureau du Général O’Neill, s’il vous plait ? dit-elle poliment et avec le sourire.
- Je suis désolée, madame mais aucun civil n’a le droit d’accéder à ce bureau.
- Mais je ne suis pas une civile, j’ai d’ailleurs une carte qui le prouve.
Elle tendit son badge à l’hôtesse, qui le prit en y jetant un coup d’œil au passage. C’est très important, je dois absolument le voir et lui parler.
- Colonel Carter, patientez quelques instants que je signale votre venue à la secrétaire, du service ‘Home world Security’
(Système de Défense Terrien)».

Sam alla s’asseoir sur une des chaises présentent dans le couloir devant l’accueil, où attendaient également trois autres personnes.

Un quart d’heure plus tard, l’hôtesse d’accueil appela le Colonel.
« Colonel Carter, vous pouvez y aller mais je vous préviens tout de suite, le Général O’Neill n’a pas encore été mis au courant de votre venue donc vous n’avez qu’à, vous présentez de nouveau devant le bureau de la secrétaire qui vous dirigera vers le lieu de votre demande, au moment opportun. Celui-ci est très occupé en ce moment m’a-t-elle dit.
- Merci beaucoup, je dois me diriger où exactement ?
demanda t-elle un peu perdue mais aussi ne voulant pas se montrer trop pressé et envahissante.
- Vous prenez l’escalier qui se trouve devant vous, c’est au troisième étage. Arrivez sur place, tournez tout de suite sur votre droite et continuez jusqu’à y voir un bureau, c’est celui de la secrétaire ». Elle lui donna tout de même un petit plan.

Pendant ce temps là dans la capitale, dans une rue proche de l’aéroport, un taxi jaune s’arrêta pour prendre deux personnes à son bord. Daniel et Vala avaient pressé le pas, à la poursuite de Carter à la demande express du Général, qui craignait pour la vie du Général O’Neill. Mais voilà, Sam avait beaucoup d’avance sur eux, ce qui ne présageait rien de bon.

Après avoir montée les trois étages, elle reprenait son souffle en s’adossant contre un mur.
De là où elle était, elle pouvait voir le bureau de la secrétaire. Après quelques minutes de repos, elle s’avança et vint se placer devant le dit bureau.

« Bonjour, on vous a prévenu de ma visite, je suis le Colonel Carter. Elle tendit son badge à la secrétaire qui le prit sans ménagement.
- Que venez vous faire ici, Colonel ? dit t-elle agressive.
- Heu … voir le Général O’Neill, mademoiselle. L’hôtesse de l’accueil, vous a prévenue, m’a-t-elle dit.
- C’est exact mais je suis dans l’obligation de vous demander de faire demi-tour car le Général est occupé et ce jusque tard dans la soirée. Revenez demain, vous aurez plus de chance, quoique.
Elle avait toujours ce regard noir qui était bien destiné à Sam.
- C’est urgent ! Elle toisa davantage la secrétaire. Et bien si vous ne prenez pas les devant pour le prévenir de ma venue, je vais le faire moi-même ».

Sam détourna son regard, jeta un coup d’œil quelques secondes sur le tableau qui trônait à coté d’elle où était indiqué tous les bureaux de l’étage. Elle trouva son bonheur mais la secrétaire la devança « Je vous interdit. Partez sinon, je vais être dans obligation de prévenir la sécurité.
- Faites donc
». Elle s’éloigna, laissant la secrétaire stupéfaite mais résignée à appeler la sécurité pour faire virer l’intruse des locaux.

Arrivé devant la porte qui séparait Jack de Sam, elle recula de peur de faire une faute grave mais chassa cette idée de sa tête et toqua trois coups et attendit que la porte s’ouvre devant elle pour se jeter, en furie sur lui.

Dans le bureau en question, le Général O’Neill relava la tête de ses papiers. Mais qui venait le déranger, à cette heure de la journée. La secrétaire ne lui a pourtant pas signaler de rendez-vous.
Il se leva de son siège et s’avança vers la porte pour l’ouvrir et voir ainsi qui venait le déranger.

« Carter, répondit O’Neill surprit. Que venez-vous faire ici ?
- Bonjour Général, je suis de passage à Washington, puis-je entrer,
dit-elle poliment avec tout de même une pointe de colère dans la gorge.
-Entrez, dit-il en la laissant passer avant de refermer la porte derrière lui. Il se tourna sur Carter, en visite à Washington ? En congés, vous-voulez dire.
- Même pas mon Général, pour être franc avec vous, je suis ici pour avoir des explications sur cette mutation soudaine à mon égard.
- Votre mutation ?
dit O’Neill surprit plongeant ses yeux dans ceux de Carter.
- Ne vous fichez pas de moi, je sais que c’est vous qui êtes à l’origine de ça. Je voudrai connaitre les raisons de ce changement.
- Carter, je ne vois pas du tout où vous voulez en venir ?
termina O’Neill en retournant s’asseoir là ou il séjournait, à la base.
- Arrêtez ! cria le Colonel Carter au Général en lui retenant le bras. Répondez-moi, je vous l’ordonne.
- Vous n’avez rien à m’ordonner Carter, c’est moi votre supérieur hiérarchique et si j’ai décidé qu’il était bon pour vous de tourner la page, c’est que c’était effectivement le cas
».

Ni une ni deux, comme la veille mais dans le bureau du Général Landry, Sam s’avança les yeux noirs et balaya d’un geste de sa main droite, le contenu du bureau y comprit l’ordinateur portable et la tasse de café encore pleine. Le Général O’Neill recula surprit par tant de brutalité. Il resta tout de même assis dans son fauteuil en cuir noir.

« Vous n’avez pas le droit d’agir de la sorte avec moi.
Le Général se reprit, mais ça ne va pas la tête ! Mais vous êtes folle, ma parole.
- Ho la ferme Jack, c’est de votre faute tout ça, je n’ai rien demandé moi. J’étais bien à la base et il fallait que vous interveniez pour je ne sais quelle stupide raison. Vous ne pensez qu’à vous,
elle le toisa d’avantage et se rua dessus ».

De colère, elle le tira par les bras et l’instant d’après il était debout devant elle, perdu.
Il sortit de sa léthargie, par la douleur du coup que venait de lui envoyer le Colonel en pleine figure. Il recula de deux pas par la violence de la gifle. Il passa sa main sur sa joue meurtrie, qu’il massa pour soulager cette douleur grandissante.

« Il faut vous enfermer Carter. Et moi qui pensait que vous alliez comprendre mon geste envers vous et bien je me suis trompé sur toute la ligne ».

Elle allait recommencer quand soudain, il s’avança lui-même, sur elle pour stopper tout autre acte de sa part. Il lui bloqua les points derrière son dos « ça suffit maintenant ».
Le Colonel Carter se débattait et arriva à viser juste avec le genou qui expédia le Général O’Neill au sol. Il se torda de douleur, Carter ne l’avait pas loupé.
Elle se pencha au-dessus de lui et ricana de plus belle mais le Général se reprit en serrant les dents pour oublier les douleurs dont celle du bas et fonça sur elle de nouveau, ce qui finit par une bagarre au beau milieu de la pièce.

Pendant ce temps là, Daniel et Vala avaient rejoint le Pentagone, s’étaient présentés à l’accueil et avaient terminé leur course devant le bureau de la secrétaire du Général O’Neill.

« Bonsoir mademoiselle, nous somme ici pour voire le Général O’Neill de toute urgence, dit Daniel sur un ton inquiet qui n’échappa pas à la secrétaire.
- Bonsoir, répondit-elle charmée. Je suis désolée mais il va falloir attendre un peu, il y a déjà une personne avec le Général. D’ailleurs, j’attends toujours que les gardes de la sécurité viennent virer l’intruse du bureau.
- Une intruse ? Cette femme ne ressemble pas à celle-ci ?
Vala montra une photo du Colonel Carter à la secrétaire.
- Oui, c’est bien elle, pressée et non compatissante envers le Général qui est submergé de travail.
- M’oui,
intervient Daniel, peu convaincu. Cette femme est dangereuse pour le Général, il faudrait nous laisser régler ça le plus vite possible en évitant le plus possible un malaise au sein de l’armée.
- Dangereuse ?
- Non, il voulait dire perturbée,
dit Vala pour éviter de voir débarquer la police dans les locaux.
- Ça fait tout de même plus de vingt minutes maintenant, qu’elle est avec le Général, dit-elle en regardant sa montre. J’espère qu’elle ne l’abimera pas, il est si … touchant, conclut elle rêveuse.
- Hum, oui, bon il faudrait nous indiquer le bureau pour qu’on règle ça le plus vite possible comme on vous l’a précisé et vous pourrez récupérer votre Général sain et sauf.

La secrétaire était obnubilé devant Daniel ce qui avait le don d’énerver Vala. Commençant à trouver ça long, elle se pencha en arrière et finit par voir un plan des lieux sur un tableau, qui trônait juste à coté du bureau mais plus en retrait que celui ci.
Elle vit de suite où se situait le bureau du Général et fit signe à Daniel, en glissant sa main dans la sienne, pour le faire réagir et lui montrée sa trouvaille.

« Je vous remercie de votre attention, mademoiselle mais nous avons trouvé le lieu de notre désir. Bonne fin de journée ». Daniel fit un sourire forcé à la demoiselle qui lui répondit et s’éloigna avec Vala vers le bureau en croisant les doigts fortement pour qu’il soit encore en vie.

Arrivé devant la porte, Daniel toqua plusieurs coup et attendit que Jack daigne lui ouvrir, mais rien. Vala s’approcha et tendit l’oreille pour reculer soudainement. Daniel la regardait perplexe « Qu’est ce qui ce passe Vala ?
- J’ai entendu un bruit de chaise contre le sol, Daniel. Je pense que Sam a du mordant.
- Hum, mordant, tu ne pourrais pas trouver autre chose comme terme.
- Bagarre, ça te va !
Elle sourit en voyant le visage de Daniel ébahi.

Daniel ne demanda pas son reste, il porta sa main à la porte et ouvrit celle-ci pour se trouver au beau milieu d’un combat de catch.
Jack maintenait Sam au sol qui se débattait du mieux qu’elle pouvait.
Il releva la tête et constata deux nouveaux intrus, Daniel et Vala.

« Daniel, Vala, vous êtes venus pour m’aider ?
- Jack !
» Daniel se précipita vers lui, aidé de Vala qui essaya tant bien que mal de calmer le Colonel Carter, remontée.

Daniel aidé toujours de Vala, calma le jeu et replaça chaises et autres babioles qui avaient trouvé domicile sur le sol.
Sam était assis par terre, rouge de colère et la lèvre inférieure en sang. Le Général, qui ne pouvait plus bouger, soulager que ce soit finit mais meurtrie par ce qui venait de se passer entre lui et Carter. Il essaya de se relever mais une douleur atroce au niveau des côtes se prononça.

Daniel avait remarqué cela et se dirigea vers lui « vous avez mal où, Jack ?
- Là,
dit-il en désignant l’emplacement des côtes avec le doigt.
- Vous n’êtes pas beau à voir Jack. Que s’est t-il passé ici ma parole ?
- Rien du tout,
intervient Carter, toujours assise par terre.
- Hé bien, constata Vala qui regardait dans leur direction ».

Sam avait le visage maculé de sang. Sa lèvre inférieure et son nez dégageaient ce liquide poisseux et rouge. Elle avait également la trace, bleue, d’un coup sur sa joue gauche.
Jack quant à lui, avait déjà deux beaux coquards sur le visage, un bleu sur la joue via la gifle qu’il s’est pris au début du conflit et des bleus au niveau des côtes qu’il remarqua en relevant sa chemise, qui se mélangeait au reste. Daniel hocha de la tête devant ce tableau inattendu.

« Bien maintenant que vous êtes tous les deux calmés, nous pouvons reprendre la discussion, dit Daniel. Je pense honnêtement, qu’il serait bon de connaitre votre décision soudaine pour l’ordre de mutation de Carter ?
- Je n’avais pas le choix, connaissant les risques que vous avez pris lors de votre dernière mission. Ça devient dangereux et je ne veux pas que Carter en subissent les conséquences.
- Nous y venons enfin,
souffla Daniel ravi.
- Mais j’ai déjà vécu pire, ce n’est pas une bonne réponse ça ! S’énerva de nouveau Sam.
- Je n’avais pas le choix, j’ai pris peur pour vous Carter.
- Peur ? Bah oui, pourquoi pas.
- Vous ne comprenez pas, je … s’il vous arrivait quelque chose, je ne m’en remettrai pas.
- Venez en au faite Général au lieu de tourner autour du pot,
s’énerva encore Carter.
- Je tiens trop à vous, plus que je ne le devrai.
- Oui, ça je le sais Général, ça ne date pas d’hier. Je veux connaitre les vraies raisons qui vous ont poussées à m’éloigner du SGC.
- Je vous aime Sam, je suis fou amoureux de vous, vous ne le voyez pas ? Je ne rêve que de ça, de vous serrer dans mes bras, de vous cajoler, de vous embrasser et même de passer à l’étape suivante … quitte à avoir des enfants avec vous.
Il baissa la tête, soulagé d’avoir craché le morceau ».

Sam resta bouche bée, ne sachant plus quoi faire après cette annonce.
Daniel ne fut pas surpris de cet aveu, ce qui bien au contraire, l’était pour Vala.
Sam se leva et se dirigea vers la porte, affaiblit, bouleversée par la tirade du Général. Elle attrapa la poignée mais n’eue pas le temps d’ouvrir la porte, qu’elle s’écroula au sol, anéantie et tremblante avant de perdre connaissance.
Daniel se précipita vers elle, suivit avec bien du mal, de Jack, serrant sa main dans la sienne, pendant que Vala prenait le téléphone pour appeler les secours au bureau du Général O’Neill.

3 jours plus tard, au SGC

Teal’c passa la tête par l’embrasure de la porte et distingua deux silhouettes à proximité du lit où dormait encore le Colonel Carter.
Celle-ci après avoir fait un malaise dans le bureau du Général O’Neill, après une violente dispute et altercation, fût immédiatement pris en charge par des ambulanciers qui l’emmenèrent à l’hôpital militaire, non loin de là. Elle fut rapidement, réhydraté et médicamenté. Rien de bien grave, juste qu’il lui fallait beaucoup de repos, de calme et de compagnie pour remettre les choses et les idées au clair assez rapidement.

Elle fut transférée le lendemain par avion vers Colorado Springs, plus précisément, à l’infirmerie de la base de Cheyene Montain. De là, le docteur Lam, eu tout le loisir de s’occuper de sa patiente qui dormait toujours, morte de fatigue.

Teal’c remarqua qu’il s’agissait de Daniel et du Général O’Neill. Ce dernier tenait Sam par la main espérant de par sa proximité soudaine, qu’elle daigne ouvrir les yeux.
Daniel était assit sur une chaise de l’autre coté du lit où gisait Sam.
Tout était calme et ne voulant pas déranger, il rebroussa chemin et s’éloigna de l’infirmerie laissant ses deux amis, parler à Carter, de leurs bons souvenirs.
Ce n’est qu’au bout d’une heure, que Daniel remarqua quelque chose d’inhabituelle, les paupières de Sam bougeaient. Il le fit remarquer à Jack qui heureux, serra plus fort la main de Carter dans la sienne. Daniel, sorti de l’infirmerie pour revenir cinq minutes plus tard, accompagné de deux infirmières et du docteur Lam.

« Je crois qu’elle commence à se réveiller, docteur.
- Merci Daniel, d’être venu nous chercher. Oui, elle revient parmi nous, enfin,
souffla t-elle satisfaite, en regardant le Général O’Neill souriant.
- Docteur, que dois-je faire pour vous aider, dit Daniel
- Sortir et vous également mon Général. C’est par mesure de sécurité pour que je fasse au mieux mon travail. Je viendrai vous chercher quand elle sera en état de répondre à vos questions où de discuter.
- Bien, soit, à tout à l’heure
». Ils sortirent tout deux, l’un déçu de ne pas avoir servi à grand-chose et l’autre heureux que la femme qu’il aime le plus au monde, se réveille enfin.

Vingt bonnes minutes plus tard, un groupe de personne attendait sagement que la porte de l’infirmerie s’ouvre. Ce qui se réalisa en voyant les infirmières quitter les lieux avec tout leur barda. Le docteur Lam leur fit signe par la porte ouverte de s’approcher en constatant qu’il y avait maintenant, beaucoup trop de monde.

« Stop ! Vous êtes trop nombreux. Deux personnes maximum, c’est le règlement.
- Le règlement ? Voyons Carolyn,
dit le Général Landry à sa fille.
- Général, c’est la procédure habituelle pour ne pas fatiguer de bruits et de questions un patient qui vient de se réveiller.
- Hum,
conclut-il.
- Je serai le premier, indiqua Daniel en doublant tout le monde et qui s’avança déjà vers le lit de son amie ».

Il fut suivit par le Général O’Neill.
Le docteur sortie à son tour et referma la porte en faisant signe au groupe de s’éloigner et de revenir en début d’après-midi s’il le désirait mais seulement par petit groupe.

Daniel avait prit soin d’aller chercher deux sièges pour qu’ils puissent s’asseoir.
Il voulait également savoir, pourquoi Sam qui, d’habitude si calme et réfléchit, avait dû agir de cette manière, deux fois.
Quant à Jack, qui avait également été mis au courant au sujet du bureau de Landry, était tout aussi curieux.

« Sam, vous vous sentez mieux, commença Daniel.
- V’oui.
- Je sais que c’est dure pour vous mais je dois savoir, vous avez tout de même causé des dégâts notamment sur Jack. Il relava la tête vers lui, lui fit un beau sourire. Quant bien même vous étiez sous l’influence de la colère, vous, vous êtes fait remarquer et votre image est quelque peu froissée.
- Apprendre la nouvelle, m’a sorti de mes gonds. Je suis désolé de vous avoir causé du tord.
Je suis si fatigué.
- Mais pourquoi ? Bon à la rigueur, les bureaux vont s’en remettre et bon nombre aurait sûrement réagit de la sorte sous l’emprise de la colère mais pourquoi cette bagarre ?
- J’ai perdu mes moyens, je lui en voulais énormément, lui qui me connait plus que tout.
Elle tourna la tête de l’autre coté du lit et constata qu’il était lui aussi, là.
- Carter, vous, vous êtes jetée sur moi et vous m’avez frappé et quant bien même, j’ai usé de la force pour vous éloignez de moi à mon grand regret, vous m’avez quand même bien amoché. Jack avait toujours les yeux marqués et une bande faisait le tour de son ventre. Sam le remarqua quand il souleva son tee-shirt.
- Les coups sur le visage de Sam, c’était pour l’éloignez de vous ? Vous ne vous êtes pas non plus retenu Jack, dit Daniel en colère.
- Vous auriez fait comment vous ? Elle me tapait de toutes ses forces dans le torse. J’ai fait ce que j’ai pu, je l’ai poussé mais j’ai bien vu, qu’elle revenait vite à la charge alors j’ai sévi.
- Vous l’avez frappé au visage Jack !
- Je sais mais j’ai pas tapé fort, la preuve, on ne voit plus rien,
dit il en regardant Sam puis en baissant la tête de honte. C’était la seule manière pour qu’elle arrête mais au contraire, ça l’a rendu plus violente, à mon grand regret. Je n’en pouvais plus.
- Mais vous avez déjà vécu ce genre de situation et vous, vous en êtes sorti à chaque fois, Jack.
- Ce n’est pas pareil. Vous auriez fait comme moi si c’était Vala qui avait réagi de cette manière. C’est la femme que j’aime le plus au monde qui se défoulait sur moi Daniel,
dit il en haussant le ton.
- Bon, oui certainement ». Daniel se leva, embrassa Sam sur la joue et sortit en prenant soin de fermer la porte derrière lui.

Sam était resté muette. Jack tourna son regard vers elle et s’approcha de son oreille pour lui souffler « pardonne moi Sam, je suis prêt à payer mon erreur ». Sam releva un peu la tête vers Jack et sans qu’il s’en doute, l’embrassa.
« Je te pardonne Jack. Je t’aime aussi ». Elle sourit et ils s’embrassèrent sous le regard attentif de Daniel qui regardait par le trou de la serrure, heureux que tout soit rentré dans l’ordre.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
BiBiche
Admin : L'Insatiable

Admin : L'Insatiable
avatar

Féminin Cancer
¤ Age : 31
¤ Messages : 1997
¤ Localisation : Basse-Normandie

Profil de Bêta-reader
¤ Statut du Bêta: Actif
¤ Types de relecture: Corrections & Reviews
¤ Catégorie de Fandom: SG1, Castle, Santuary

MessageSujet: Re: [SG1] Cher à son coeur   Lun 14 Juin - 23:42

C'est pourtant bien écrit et plein de potentiel, mais je n'accroche pas une seconde à l'histoire: l'histoire en elle-même est peu plausible, jamais Jack n'interférait ainsi dans la carrière de Sam et Sam n'agirait pas de certaine manière si virulente à cette annonce !!

Globalement, c'est le manque de réalisme des perso et de l'histoire qui m'a choqué pour le reste, rien à redire !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wix.com/bibicheva_3/paradise-lost#!
Abou51
Ambassadrices déjantées du CPAF

Ambassadrices déjantées du CPAF
avatar

Féminin Cancer
¤ Age : 34
¤ Messages : 273
¤ Localisation : Au pôle nord
¤ Emploi : Saisonnier agricole / Maman
¤ Humeur : Pouponne à l'excès

MessageSujet: Re: [SG1] Cher à son coeur   Mar 15 Juin - 2:48

Certes, l'histoire n'est pas du tout plausible mais j'avais envie d'explorer certaines facettes. J'ai prit un certain risque mais je ne regrette rien, loin de là car je me suis bien amusé.

Grâce à ce challenge, j'ai pu réadapter mon style d'écriture qui ne ressemblait pas et de loin à ce que j'ai pu ressortir ici (par le biais des cours sur le forum) mais j'ai encore beaucoup à apprendre.

Je te remercie néanmoins de ta franchise et je reste tout de même largement intéressé par ses challenges et défis qui me permettent d'évoluer en bien et dans n'importe quelle direction, plus ou moins loufoque et bizarre que recèle mon imagination.

Merci BB Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Ayana
Admin: La Perfectionniste

Admin: La Perfectionniste
avatar

Féminin Verseau
¤ Age : 28
¤ Messages : 1027
¤ Localisation : Dijon
¤ Emploi : Etudiante en anglais

Profil de Bêta-reader
¤ Statut du Bêta: Hiatus
¤ Types de relecture: Corrections & Reviews
¤ Catégorie de Fandom:

MessageSujet: Re: [SG1] Cher à son coeur   Lun 28 Juin - 23:39

Bon malheureusement je ne vais pas avoir la critique très facile sur ce coup (donc en gros si tu n'es pas d'humeur passe ton chemin Green ) mais pour moi c'est aussi ça, l'enjeu des challenges.

Alors comme BiBiche je pense que ce qui m'a le plus géné est le manque de vraisemblance dans l'histoire et les personnages. Daniel et Vala qui la joue les Feux de l'amour sans crier gare, Jack qui tout à coup devient fan des grandes déclarations mièvres et Sam qui agit comme si elle sortait tout droit de l'asile pour ne citer que les plus évidents.

J'avoue moi-même prendre plaisir à pousser un peu les limites des personnages pour le besoin d'une fic un peu loufoque ou autre de temps en temps mais là ça sonnait vraiment faux et de mémoire tu nous a habitué à bien mieux.

La conséquence est une histoire aussi choquante et tirée par les cheveux que les personnages, et c'est dommage parce que tout n'est pas mauvais, et que comme le dit BiBiche je suis sûr qu'il y avait matière.

Sinon également de gros problèmes de temps et parfois d'orthographe qui ne facilitent pas vraiment la lecture... Sans oublier la ponctuation Shocked . Quand tu mets une virgule tu dois imaginer dans ta tête que tu marque une pause de quasiement une seconde (si tu as un peu de mal à l'imaginer au départ n'hésite pas à forcer le trait, arrête toi plus longtemps pour voir ce que ça donne), ce qui implique que le rythme que tu donne à ta phrase par ce moyen doit respecter le sens et la logique de la phrase. Dans ton cas les trois quart de tes virgules sont extrêmement mal placées ce qui casse tout le rythme et deviens vite génant quand on lit attentivement.

Dans le registre de l'écriture attention aussi au niveau de langue, beaucoup de mots et expressions familières sont absolument à bannir de la narration et à utiliser avec parcimonie dans les dialogues (c'est à dire seulement avec certains personnages et dans certaines situation). Pour citer des exemples j'ai relevé des mots comme: balancer, shooter, blagues à deux balles, j'en passe et des meilleurs, virer etc... A proscrire de la narration sans hésiter !

Toutes ces erreurs constitue l'essentiel des "erreurs de débutants" quand les gens postent une première fic sur un coup de tête et sans bon béta derrière. Hors j'ai déjà lu plusieurs textes de toi et il me semble que tu étais tout de même bien au-dessus de ce niveau ! As-tu utilisé un béta ? Si non je t'encourage de tout coeur à en prendre un (ou plusieurs d'ailleurs) et le plus expérimenté possible pour la prochaine fois !

Je ne rentrerais pas plus dans les détails parce que je pense que ça fait assez de négativité pour une jour, mais je me suis sentie obligée de te faire ces remarques car pour moi ce texte est infiniment en dessous du potentiel que tu nous as montré jusque là. Je suis très heureuse que tu ais envie d'expérimenter (c'est comme cela que l'on progresse et que l'on se construit son identité en tant qu'auteur) et j'espère que nos petits concours t'inspireront encore... Mais je sais que tu es vraiment capable de mieux que cela !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
http://ayana-pitchoune.livejournal.com/
Abou51
Ambassadrices déjantées du CPAF

Ambassadrices déjantées du CPAF
avatar

Féminin Cancer
¤ Age : 34
¤ Messages : 273
¤ Localisation : Au pôle nord
¤ Emploi : Saisonnier agricole / Maman
¤ Humeur : Pouponne à l'excès

MessageSujet: Re: [SG1] Cher à son coeur   Mar 29 Juin - 0:49

Je te remercie de ta franchise. Mon humeur va bon train et j'accepte tout les négatifs que tu m'as cité avec le sourire.

Les challenges sont là pour s'entrainer, s'améliorer, se repositionner et tourner la page "des erreurs du débutant" ... je le suis ça c'est certain mais avec le forum, je m'améliore doucement.
J'avoue également avoir beaucoup trop d'idées en tête, ce qui brouille un peu l'objectif de départ mais également et c'est une grosse erreur (je pense pas non plus être la seule), écrire comme je parle. Pour ce qui est des temps, c'est mon point le plus négatif (je suis nul mais j'essaye de faire des efforts).

Merci encore (et il n'y a que comme ça qu'on avance dans la bonne direction) Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Ayana
Admin: La Perfectionniste

Admin: La Perfectionniste
avatar

Féminin Verseau
¤ Age : 28
¤ Messages : 1027
¤ Localisation : Dijon
¤ Emploi : Etudiante en anglais

Profil de Bêta-reader
¤ Statut du Bêta: Hiatus
¤ Types de relecture: Corrections & Reviews
¤ Catégorie de Fandom:

MessageSujet: Re: [SG1] Cher à son coeur   Mar 29 Juin - 2:52

Pour le faire d'écrire comme tu parle et des temps c'est là qu'est tout l"intérêt d'avoir un béta, si possible avec un certain niveau d'exigence (parce qu'un béta qui laisse tout passer soyons honnête ça sert à rien).

Mais je pense que le plus important à retenir dans mon message c'est d'une part justement que je t'ai vu progressé depuis ton arrivé ici, et que pour moi cette fic est un "retour en arrière" qui ne reflète pas l'endroit où tu es à présent. Et d'autre part, qu'il ne faut jamais (peut importe que l'on écrive depuis deux jours ou deux ans) sous-estimer l'importance d'une bonne relecture avec un regard extérieur qui peut nous aider à faire évoluer une fic avant qu'elle ne soit terminée !

Maintenant c'est bon de savoir que ton moral n'est pas entaché et que tu es pile dans l'esprit d'expérimentation et d'avancée qui préside à ce forum ! A bientôt donc j'espère, peut être même au prochain challenge qui ne saurait tarder... (oui oui les sujets sont prêts, je sais déjà à quelle sauce vous allez être mangés^^ Razz )

~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
http://ayana-pitchoune.livejournal.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [SG1] Cher à son coeur   

Revenir en haut Aller en bas
 
[SG1] Cher à son coeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Moules a charnière pas cher chez CASA
» Ne jamais lâcher prise
» Sacré-coeur de Jésus (?) Carmélites (?)
» [INFO] HD2 pas cher en renouvellement chez Orange
» [INFO] batterie hd2 pas cher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CPAF :: CPAF Ecriture :: Les Archives :: Les anciens challenges :: Challenge n°4-
Sauter vers: